Répondre à : Cercle de partage 3

#2593
Sophie Fabregat
Participant

Bonjour à toutes, je vous partage ce que l’état de présence nous a apporté. Je m’engage à garder pour moi tout ce qui est vécu, partagé et à être bienveillante. Merci à toutes pour vos témoignages enrichissants, et merci à Laure pour son accueil et ses réponses menées avec douceur et justesse.
Un des bienfaits que j’apprécie depuis toujours avec les chevaux est d’être dans le moment présent. C’est-à-dire qu’en compagnie des chevaux, plus rien d’autre n’existe. Je suis détachée de tout problème ou préoccupation du quotidien. On peut me parler, je n’entends pas tout de suite, j’ai des sortes de trous noirs et je sens que je n’ai pas toutes mes capacités intellectuelles en présence de chevaux. Ça me surprend souvent de revenir à la réalité du quotidien en quittant le pré après avoir déjà parcouru 1 ou 2km en voiture. C’est ce que je croyais être dans le moment présent avant de faire les méditations de pleine présence. Je comprends que j’étais enfermée dans une bulle avec mon cheval et que mon esprit était hyper-concentré sur des préoccupations par rapport à mon cheval, par rapport à ce qui pourrait lui arriver ou nous arriver. Beaucoup de projections (souvent négatives) en fait à l’intérieur de cette bulle.
En repartant du pré, j’avais souvent une sensation de ne pas avoir assez profité du moment passé aux côté de mon cheval ! Rentrée chez moi, il me manquait déjà beaucoup. Depuis que je pratique la pleine présence par les sens, je me nourris d’avantage de ces moments passés et je nous sens connectés l’un à l’autre dans l’environnement. Je vois aussi qu’il ose me rejoindre à des endroits où il n’aimait pas forcément aller dans son pré. Une confiance s’installe.
J’ai eu un très beau cadeau jeudi soir de la part de mon cheval, Sky. J’allais repartir lorsque ses 4 copains ont pris le chemin qui monte dans un petit bois pour accéder à leur second pré. C’est la première fois que je les voyais y aller. Ils y vont mais rarement, préférant le pré du bas, aussi grand, dans lequel est le râtelier et où ils voient les autres congénères dans les prés alentours. Sky était au râtelier et j’étais aux abreuvoirs. Je regardais les autres chevaux monter dans le bois. Il est venu vers moi, j’étais sur le passage pour accéder au bois et il s’est arrêté à ma hauteur, ce qui est un honneur pour moi dans le cas où les autres chevaux sont déjà loin. Je lui ai dit de rejoindre ses copains, j’allais m’en aller et il n’aime pas être seul dans un pré. Il a fini par commencer à monter dans le bois mais il s’arrêtait et se retournait sans cesse pour me regarder. Comme pour m’inviter à venir avec eux. Je l’ai rejoint et on a fait les derniers mètres ensemble pour arriver dans ce pré. Arrivés là-haut dans ce pré, je me suis retrouvée dans le décor de la méditation guidée quand on a pris place dans le corps du cheval. A chaque méditation et dans mon tableau de visualisation, nous sommes dans ce fameux pré. Nous avons fait un grand pas du rêve à la réalité. Je suis comblée.
Je vais essayer de vous partager ces moments en roman photos et vidéos sur le groupe Facebook.
Belle journée à toutes
Sophie et Sky.

Retour en haut