Passer une difficulté avec son cheval pour renforcer la confiance - Laure Souquet formation en ligne De Femme à Cheval

Pourquoi se mettre en difficulté avec son cheval ?

Passer une difficulté avec son cheval est une étape très importante dans la construction d’une relation de confiance avec lui. Par exemple marcher sur ou sous une bâche. Eh non, ce n’est pas juste un exercice parmi tant d’autres ! Il y a une bonne raison si je l’inclue à mon programme de formation en ligne

Marcher sur ou sous une bâche avec son cheval, une question de confiance !

Un cheval est un animal proie qui réagit à tout danger positif par la crainte et la fuite. Connaître son domaine vital sur le bout des sabots est pour lui une question de vie ou de mort, au sens littéral. Bien sûr, les chevaux domestiques ne sont plus guère concernés par cette réalité. Cependant elle n’en reste pas moins inscrite dans leurs gènes. Un cheval est donc naturellement en état d’alerte dès lors qu’il perçoit une modification dans son environnement ou qu’il en change. Et si dans ses premières années la curiosité l’emporte sur la crainte, cette tendance s’inverse de plus en plus jusqu’à l’âge adulte. Le poulain curieux qui n’avait peur de rien devient un adulte méfiant qui peut réagir très fort face à la nouveauté. Dès lors, si on lui en laisse le choix il évitera généralement de s’approcher de ce qui lui fait peur. Et il aura d’autant moins envie de le faire en longe, sachant qu’il n’aura pas la possibilité de fuir en un instant.

De ce fait, passer une difficulté avec votre cheval est extrêmement intéressant ! D’abord, parce qu’il ne vous suivra sur l’obstacle qui le stresse que s’il a confiance en vous. Ensuite, parce que surmonter cette épreuve à vos côtés renforcera encore votre confiance mutuelle. Une fois cette expérience validée dans un espace sécure, vous pourrez allez au-devant de l’inconnu ! Votre cheval aura ancré en lui la certitude qu’il peut vous suivre en confiance. Il saura qu’il peut s’appuyer sur vous en cas de stress, et vous croire quand vous le rassurez. Et de votre côté vous aurez eu la preuve que vous pouvez gérer ces situations. C’est donc une très bonne mise à l’épreuve de votre relation. Une étape à valider pour savoir où vous en êtes.

Quand se confronter à une difficulté avec son cheval ?

Cet exercice est une étape de validation de votre travail et de votre relation avec votre cheval. Elle vous permet de tester la qualité de votre communication et la force de votre confiance. Il doit donc intervenir après avoir construit une base solide ensemble. C’est pourquoi vous ne devez aborder l’exercice de la bâche – si c’est celui que vous choisissez – que lorsque vous vous sentez vraiment prête. Lorsque vous sentez qu’il ne viendra pas déstabiliser votre lien mais le renforcer. Avant de vous lancer, vous devez donc maitriser tous les exercices de base du travail à pied. Marcher à l’épaule, s’arrêter, reculer, tourner, aspirer le cheval vers vous… Votre cheval doit vous suivre dans la décontraction, calme et concentré. Et il doit être attentif à vous et respectueux de votre espace : vous devez savoir qu’il vous évitera en situation de stress.

Si ces conditions sont remplies, il est temps de vous lancer !!

Bien adapter la difficulté à votre cheval : la bâche n’est pas toujours l’exercice idéal

Le choix de la difficulté que vous allez surmonter avec votre cheval est très important.

Premièrement, il faut que ce soit une réelle difficulté pour votre cheval. En effet, pour certains chevaux, marcher sur une bâche n’est absolument pas un problème. Qu’ils le fassent ne démontre donc rien en soi, si ce n’est qu’ils en ont l’habitude ou qu’ils sont d’un naturel confiant. Dans ce cas, vous pouvez tester le passage sous une bâche agitée par le vent. Ou un passage étroit. Ou bien encore une montée en van. L’essentiel est de trouver une chose que votre cheval ne ferait pas lui-même et qui le stresse.

Deuxièmement, il faut que vous puissiez surmonter cette difficulté ! Cela semble évident, mais mal réalisé, ou au mauvais moment, cet exercice peut vous desservir. Car si le cheval refuse de vous suivre il se souviendra qu’il peut facilement dire non. Or, il se peut qu’un jour vous ayez vraiment besoin qu’il vous suive ! Par exemple pour monter dans un van et aller en clinique. Ou pour sortir d’une situation difficile en cas d’accident ou de catastrophe naturelle. De même, si cela vous met en stress et que vous perdez vos moyens. Le cheval en déduira que vous n’êtes pas pour lui un guide fiable.

Vous devez donc choisir un degré difficulté suffisamment élevé pour que ce soit un vrai défi, mais assez raisonnable pour que vous puissiez surmonter cette épreuve. Si vous choisissez une bâche, sa longueur et sa largeur influeront sur sa difficulté. Mais aussi la présence de vent par exemple. Autant de paramètres sur lesquels vous pouvez jouer pour modifier le degré de difficulté.

Les ingrédients d’un exercice réussi !

Une fois déterminé votre exercice, il ne vous reste plus qu’à l’exécuter.

Pour une première fois je vous conseille de tenir votre cheval en licol et longe. Bien sûr, un licol plat ! Tout simplement parce que si votre cheval tire sur a longe ce sera bien moins inconfortable de cette façon. La prudence voudrait également que vous portiez des gants épais. Ceci pour éviter une brûlure indienne ou pire si la longe vous échappe. Faites également attention à votre tenue de longe : tenez-la sans faire de boucles dans lesquelles vos doigts resteraient coincés.

Pour cet exercice, votre attitude intérieure est très importante. Car vous devez transmettre au cheval votre calme et votre confiance. Assurez-vous donc de l’aborder avec sérénité et de garder votre calme tout du long. Et souvenez-vous que votre cheval est votre ami. Un ami effrayé que vous devez convaincre de vous suivre pour surmonter sa peur. Montrez-vous donc très bienveillante et très patiente ! Et souvenez que s’énerver c’est prouver son incompétence… Si vous sentez l’impatience vous gagner, faites une pause. Respirez, connectez-vous à votre cœur et à votre amour pour votre cheval. Souvenez-vous de l’objectif de cet exercice. Et reprenez dans le calme et la douceur !

Cet exercice est difficile pour votre cheval. Il doit prendre beaucoup sur lui pour le réaliser. Tenez-en compte et récompensez son plus petit pas en avant par une longue pause. Au départ, peu importe qu’il aborde l’obstacle de biais, par exemple. L’important, c’est qu’il le franchisse.

Et enfin, faites-le dans la joie ! Votre relation avec votre cheval doit être un plaisir partagé. Un moment à vivre pleinement, dans le bonheur d’être ensemble. Aucun exercice n’est une fin en soi. Seulement une étape sur le chemin… Alors restez concentrée sur la qualité du moment et de votre interaction.

Texte : Laure Souquet
Photo : Kevin Simonet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut