Gérer son stress ou sa peur à cheval - Laure Souquet - Formation en ligne

Gérer son stress ou sa peur à cheval

Gérer son stress ou sa peur à cheval est une problématique que rencontrent nombre de cavalières. Malheureusement, la gestion des émotions est encore loin d’être prise en compte dans les cours d’équitation ! Et pourtant, notre niveau de relaxation a une très grande influence sur le cheval. Je vous explique pourquoi et comment parvenir à vous détendre à cheval. 

Animal proie, le cheval a développé une grande sensibilité pour survivre

Les chevaux ont une grande sensibilité. Si cette sensibilité dessert parfois les cavaliers, c’est elle qui leur a permis de rester en vie pendant des milliers d’années. En effet, ils ont longtemps vécu à l’état sauvage dans de vastes espaces découverts. Animaux proies, ils ne devaient leur survie qu’à leur capacité de fuite rapide à l’approche d’un prédateur. 

Un cheval seul aurait dû rester en alerte en permanence pour pourvoir percevoir la menace suffisamment tôt pour échapper à la mort. Or, tout animal a besoin de repos de sommeil tout autant qu’il a besoin d’eau et de nourriture. Il ne peut donc pas se permettre de rester sur ses gardes à chaque instant. Donc, les chevaux ont fait le choix de vivre en troupeau. De cette façon, ils peuvent partager le devoir de surveillance de l’environnement et se reposer les uns sur les autres pour se détendre et dormir. 

Ils ont donc développé et conservé ce que l’on appelle une consicence socio-sensuelle développer. C’est à dire qu’ils ont la capacité de percevoir l’état psycho-émotionnel de ceux qui les entourent. Ceci grâce à leur sensibilité au rythme cardiaque, au rythme respiratoire et au tonus musculaire de leurs congénères. Chaque individu d’un troupeau sait donc à chaque seconde comment chacun des autres se sent. De cette façon, si l’un d’eux perçoit une modification dans l’environnement, il se tend et tous se mettent aussitôt en alerte. Nul besoin d’une autre forme de communication pour que tout le troupeau soit prêt à fuir comme un seul cheval ! 

Évidemment, cette capacité à lire l’autre ne se limite pas à ses congénères…

Le cheval sent votre relaxation comme votre peur ou votre stress

De la même façon que le cheval sait décrypter les chevaux qui l’entourent, il sent ce qui se passe en vous. Il est donc réellement impossible de lui mentir ! Si vous avez peur, inutile de prétendre que tout va bien. De toute façon, il perçoit votre cœur qui bat vite et fort, votre respiration courte et votre tension musculaire. Et s’il la sent déjà lorsque vous êtes à pied, imaginez en selle lorsque vos jambes l’entourent physiquement !

Et que se dit votre cheval lorsqu’il sent votre stress ? Bien sûr, il est incapable d’imaginer que vous puissiez stresser parce qu’il vous reste un tas de choses à gérer après votre moment avec lui. Ou parce que vous avez passé une journée difficile. Et encore moins parce que vous avez peur de lui ou de ses réactions ! Pour lui qui vit dans l’instant présent, votre peur ou votre anxiété ne peuvent signifier qu’une seule et unique chose : vous avez perçu un danger. Vous êtes en alerte car un prédateur rôde. Et donc il doit se tenir prêt à fuir lui aussi. 

C’est ce qui explique que votre cheval qui vient toujours facilement vers vous refuse que vous lui passiez le licol précisément le jour où vous avez rendez-vous avec un professionnel qui doit intervenir pour le soigner. Il a senti la très légère tension en vous, due à votre nécessité absolue de l’attraper ou à votre désir d’être à l’heure. Et c’est aussi la raison pour laquelle il se montre, comme par hasard, particulièrement anxieux et “dissipé” juste le jour où vous auriez vraiment besoin qu’au moins une chose se déroule bien dans votre journée. Sans parler de son stress qui devient soudain ingérable après un écart qui vous a rendu nerveuse. 

Loin de réagir contre vous, en réalité votre cheval vous a écoutée et a pris en compte votre stress, qui est comme un message que vous lui donnez : méfie toi, un danger plane… 

Gérer son stress ou sa peur à cheval - Laure Souquet - Formation en ligne
Plus vous êtes détendue et plus le cheval se sent en confiance !

Il est donc primordial d'apprendre à gérer vos émotions avant d'aller vers un cheval

Pour le cheval, votre état intérieur est donc un véritable message. Il lui indique si vous vous sentez en confiance dans votre environnement. Et donc si lui aussi peut se sentir en confiance ou non. Pensez à notre niveau de stress ou de relaxation comme à une façon de communiquer avec le cheval permet de bien comprendre à quel point il est important d’apprendre à le gérer. Car non seulement on peut apprendre à prendre conscience de notre état intérieur, mais on peut développer la capacité à influer dessus pour retrouver et garder notre calme afin de rassurer le cheval. 

Le cheval perçoit nos émotions et les interprète en terme de sécurité. Donc, si vous prenez le temps de vous poser, de respirer et de vous détendre avant de l’approcher, vous mettez toutes les chances de votre côté pour que tout se déroule au mieux. Vous sentant relâchée, votre cheval en conclura que tout va bien. Et il se détendra lui aussi. De la même façon que votre stress entraîne le sien qui augmente le votre en un cercle vicieux, votre relaxation induit la sienne qui augmente votre calme. Cette fois, il s’agit d’un cercle vertueux ! Et il ne tient qu’à vous d’apprendre à le créer pour dire adieu à la peur et au stress et bonjour à la confiance et à la sérénité !

Concrètement, quelles sont les solutions pour se débarrasser de son stress ou de sa peur à cheval ?

Rassurer votre mental

Il existe différents types d’émotions. Pour la faire courte, il y a :

  • les émotions primaires, qui naissent en nous lorsque nous voyons ou percevons quelque chose, suite à un processus inconscient qui fait appel à nos souvenirs ; 
  • les émotions secondaires, qui apparaissent du fait de nos réflexions et pensées. 

Vous pouvez donc avoir peur à cheval parce que vous avez un jour vécu une ou plusieurs mauvaises expériences. C’est naturel, votre cerveau tente simplement de vous protéger d’un danger dont vous avez déjà fait les frais. Pour passer par-dessus cette peur liée à un traumatisme, il peut être utile de faire appel à un thérapeute. Puis, il vous faudra créer de nouveaux souvenirs et des associations positives, avec le cheval. De cette façon, votre cerveau apprendra à différencier les situations réellement dangereuses de celles où vous êtes calme, le cheval aussi, et où tout va bien.

Votre stress peut aussi être généré par les pensées qui tournent dans votre tête, que vous ayez ou non vécu un traumatisme. Dans ce cas, votre peur est probablement due à votre sentiment de ne rien contrôler, et à votre incapacité à déterminer si une situation donnée est dangereuse ou non. Le cheval étant un animal de 500kg qui réagit par la crainte et la fuite, cette peur est bien naturelle ! la meilleure solution pour la gérer est tout simplement d’apprendre à mieux connaitre et comprendre le cheval. Plus vous en saurez sur lui et sur son comportement et plus vous aurez d’expérience à ses côtés, plus il vous sera facile de prédire et comprendre ses réactions. Vous verrez alors que vous aurez beaucoup moins peur de lui !

Pratiquer des techniques de relaxation

Le cheval a la capacité de percevoir : 

  • votre rythme cardiaque 
  • votre rythme respiratoire
  • votre tonus musculaire

La bonne nouvelle, c’est que vous pouvez influer sur ces 3 paramètres ! Ceci en pratiquant des techniques de relaxation très simples. 

En prenant conscience de votre respiration, vous pouvez influer sur celle-ci. L’approfondir, la ralentir. Son rythme s’apaisant, votre cerveau va analyser ce changement et en déduire que vous vous détendez. Votre rythme cardiaque va alors lui aussi diminuer. Et parallèlement, vous pouvez apprendre à habiter consciemment votre corps et à détendre un à un chacun de ses muscles. Ce qui vous permet de gérer votre tonus musculaire. 

Grâce à de simples exercices de relaxation, de respiration et de pleine conscience, vous pouvez reprendre le pouvoir sur le message que votre état intérieur envoie au cheval, en apprenant à influencer celui-ci et à le modifier consciemment. Bien sûr, au début vous peinerez à conserver cet état de présence et de détente sur le long terme. Mais très vite, avec un peu de pratique, cela deviendra tout naturel pour vous. A tout moment, si vous sentez en vous la moindre tension, vous pourrez y remédier en quelques minutes. Ce qui vous permettra d’aider aussitôt votre cheval à se détendre !

Ce travail que l’on peut faire sur soi pour gérer ses émotions et son état de tension devrait être à mon sens enseigné à tous les cavaliers tellement il a d’impact sur le cheval et son stress ou sa peur. C’est pourquoi il fait partie intégrante de l’approche que je transmets à travers mes différents stages ou accompagnements en ligne. Un travail simple et accessible, mais qui change tout !

Apprendre à mieux communiquer avec le cheval

Notre peur à cheval est bien souvent en lien avec une impression de ne rien contrôler. Que vous soyez à ses côtés ou bien sur son dos, il est terriblement stressant de vous retrouver face aux peurs du cheval et de constater que vous ne savez absolument pas comment l’aider ni comment gérer son instinct de fuite ! Et c’est vrai dans les deux sens. Lorsqu’il stresse, le cheval n’est pas en état de chercher à vous comprendre : il pense avant tout à sauver sa vie, et si vous lui semblez incompréhensible, vous êtes aussi inutile voire gênante pour sa survie. 

Autant pour que vous vous sentiez en sécurité que pour que le cheval vous fasse confiance, il est donc primordial que votre communication soit claire et efficace. Vous devez pouvoir vous comprendre facilement, sans que ni vous ni le cheval n’ayez plus besoin de réfléchir à ce que vous voulez exprimer. Alors, vous deviendrez un atout pour lui. Une personne sur laquelle il pourra s’appuyer et par laquelle il pourra se laisser guider en cas de danger. Et de votre côté, vous serez sûre d’être en capacité de le canaliser et de le ramener au calme. Ce qui vous apportera beaucoup de sérénité !

C’est pourquoi il est important de prendre le temps d’apprendre à bien communiquer avec le cheval. Comme toujours, on en revient à la solidité des bases ! Et prendre le temps d’en construire de solides reste fondamental. Une fois développés votre assurance et votre calme intérieur, je vous apprends donc à transmettre ce calme au cheval et à communiquer avec lui de façon à devenir sa référente. Cela passe par la bienveillance, la clarté, et la capacité à montrer au cheval que chacune de vos demandes est là pour l’aider à se détendre et à gagner en confort. L’un comme l’autre pouvez alors échanger sereinement, confiants dans votre capacité à gérer toute situation stressante. 

Laure Souquet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut